PHOTOGRAPHIE

FIGER LE TEMPS, FIXER L’INTIME

Polka galerie

Dans les rues du Kremlin-Bicêtre, la galerie Polka expose quatre photographes, Françoise Huguier, Yves Marchand, Romain Meffre et Alexander Gronsky, qui nous plongent dans des univers intimes, nous transportent dans des lieux inconnus, nous font découvrir des horizons lointains : Saint-Pétersbourg, Behring et le Donbass.

Vendredi 30 janvier à 19H
Inauguration du festival et vernissage de l’exposition
Médiathèque l’Écho (plan)
Entrée Libre

 

Kommounalka

Photographies de Françoise Huguier

Appartements_communautaires-Saint_Petersbourg©Francoise_Huguier_CourtesyPolkaGaleriePour réaliser la série Kommounalka, Françoise Huguier s’est immergée plusieurs mois, lors de différents séjours, de 2001 à 2007, dans un appartement communautaire de Saint-Pétersbourg, où les familles disposent d’une pièce et partagent salon, cuisine et sanitaires. Vivant avec ces familles, elle a réussi à capter la réalité de leur quotidien. C’est rigoureux, véridique et terriblement artistique. Kommounalka a été exposée dans le monde entier et Françoise Huguier en a tiré un documentaire en 2008.

 

Du vendredi 30 janvier au dimanche 1er février
Place Jean-Baptiste-Clément et médiathèque l’Écho (plan)
Accès libre

 

En route pour Behring

Photographies de Françoise Huguier

Exposé dans de nombreux festivals et galeries, récompensé par un prix World Press, ce travail est le fruit d’une rencontre avec la Sibérie et les ethnies qui la peuplent. De village en village, en passant par Norilsk, la métropole industrielle la plus au nord de la Russie, la photographe montre la chasse au renne, la pêche au morse, les paysages nus, la beauté simple des intérieurs et de la vie de tous les jours.

Du vendredi 30 janvier au dimanche 1er février
Entrée du Parc Philippe Pinel (plan)
Accès libre

 

Le Donbass

Photographies de Yves Marchand et Romain Meffre

Makiivka©Marchand&Meffre-courtesy_Polka_Galerie

Après leurs séries photographiques sur les ruines de Détroit, aux états-Unis, et de l’île d’Hashima, au Japon, les jeunes photographes Yves Marchand et Romain Meffre posent leur appareil photo dans le Donbass, en Ukraine. Passionnés par les vestiges du monde moderne, ils arrachent à l’oubli les bâtiments, les entrepôts, les mines et les paysages rongés par le passé ouvrier de la région. Ces photos, à la fois mélancoliques et magnifiques, racontent l’histoire de la désindustrialisation d’une région aujourd’hui déchirée.

Du vendredi 30 janvier au dimanche 1er février
Place Jean-Jaurès (plan)
Accès libre

 

Reconstruction

Photographies d’Alexander Gronsky

Siege_of_Leningrad©Alexander_Gronsky_CourtesyPolkaGalerie

Après avoir présenté pour RussenKo 2014 des vues fascinantes de Norilsk, le photographe estonien Alexander Gronsky revient en 2015 au Kremlin- Bicêtre avec Reconstruction, dans laquelle il revisite la peinture guerrière russe. En photographiant des amateurs du genre lors reconstructions militaires, Gronsky compose des tryptiques de grandes batailles historiques, de la Seconde Guerre mondiale à l’invasion russe en Afghanistan.
Chaque image est prise à un moment différent. Le photographe a la volonté de jouer sur le rapport espace-temps, son objectif étant de compresser l’action et la durée pour le résumer en une seule oeuvre.

Du jeudi 15 janvier au dimanche 15 février
Hôtel Novotel (plan)
Accès libre

 

LE DÉGEL, RUSSIE 1954-1964

MAMM – Multimedia Art Museum Moscow

KP_241_15b_C_MAMM

Olga Sviblova et le Multimedia Art Museum Moscow présentent neuf photographes qui apportent un témoignage historique et esthétique unique sur l’URSS. Ils ont photographié l’Union soviétique dans les années 50 et 60, où l’atmosphère étouffante due aux soubresauts de la révolution et à la guerre s’apaise. C’est « le dégel ». Le carcan de l’imagerie officielle se craquèle et les artistes s’engouffrent dans la brèche pour exprimer un nouvel esprit de liberté. Vladimir Lagrange, Viktor Akhlomov, Dmitry Baltermants, Valéry Guendé-Rote, Evgueny Khaldey, Lev Borodulin, Vladislav Mikosha, Mikhail Trakhman et Vsevolod Tarassevich représentent cette génération de photographes imaginatifs et inventifs. Désormais classiques, ils dévoilent la face la plus lumineuse de la Russie soviétique de l’époque.

Du vendredi 30 janvier au dimanche 1er février de 10h à 19h
et du 9 janvier au 29 janvier de 14h à 19h
Ecam (plan)
Entrée libre
Vernissage le 8 janvier à 19h

Share This